La formation
ingénieur d’affaires
de l’ISEN Lille

Envie de devenir un commercial de haut vol ? Dans les entreprises technologiques, les start-up et dans tous les autres secteurs, on recherche en permanence des ingénieurs ayant la fibre commerciale, et doté, au-delà de leur culture technique et scientifiques, de solides compétences en vente, en gestion, en marketing.

Ces enseignements font partie de ceux proposés dans notre domaine de professionnalisation “ingénieur d’affaires”, en 4e et 5e années de notre cycle ingénieur. Pour rejoindre une formation réputée, qui vous mènera aux métiers attractifs de l’ingénierie d’affaires, c’est par ici !

Rejoignez la tribu !

Une double compétence technique / vente

Dans tous les secteurs, les entreprises qui vendent des compétences ou des produits complexes ont besoin de commerciaux possédant un bagage technique plus poussé que les autres. Ils sont à la fois commerciaux et techniciens. Ou bien plutôt techniciens et commerciaux. Tout dépend de l’ordre dans lequel vous souhaitez aborder les choses.

Ingénieurs, la fibre commerciale en plus

À l’ISEN Lille, nous faisons le choix de former d’abord des ingénieurs, dotés d’une solide culture et connaissance scientifique et technique, durant les 3 premières années de leurs études. En 4e et 5e années, dans notre domaine de professionnalisation“Ingénieur d’affaires”, nous complétons cette formation par des enseignements concrets et innovants en commerce, marketing, management, gestion…
0  %
des postes commerciaux en France concernent le secteur de l’informatique.
0  %
des ingénieurs d’affaires sont issus d’une école d’ingénieurs.
0  %
des commerciaux du secteur informatique ont un BAC+4.
0  €
Le salaire mensuel moyen brut d’un ingénieur d’affaires technique, en début de carrière.

Des avantages concurrentiels forts sur le marché du travail

Le fait d’être ingénieur avant de devenir commercial, offre plusieurs avantages non-négligeables :

  • Une meilleure compréhension des cahiers des charges techniques soumis par les clients, lors d’appels d’offres par exemple
  • Une analyse plus fine des évolutions technologiques du secteur, et donc des opportunités commerciales liées
  • Une compréhension accrue des problématiques techniques et technologiques du secteur, des métiers, et des enjeux de ses clients
  • Une connaissance technique plus poussée du service ou du produit à commercialiser, de ses faiblesses, de ses points forts
  • Une capacité de repérage plus forte des avantages et des failles techniques des concurrents
  • Liée aux deux points précédent, une plus grande acuité dans l’élaboration des argumentaires commerciaux
  • Un choix dans 3 spécialisations

    Tout l’intérêt d’être ingénieur d’affaires, c’est d’avoir une connaissance pointue dans un domaine précis. Cela signifie que vous bénéficiez des enseignements dispensés dans un des domaines sélectionnés pour vous constituer un socle de connaissance technique et scientifique qui sera étayé par une acquisition de compétence de vente.

    Notre formation ingénieur d’affaires est disponible en parallèle des domaines professionnel suivant :

    Les missions de l’ingénieur d’affaires : plus qu’un vendeur

    L’ingénieur d’affaires n’est pas un vendeur comme les autres. Quand ils sont issus d’une formation spécialisée en école d’ingénieur, les jeunes diplômés se dirigent en général vers des entreprises technologiques, ou des start-ups.

    Ces dernières évoluant sur des marchés dynamiques, où l’innovation est quotidienne, le rôle d’un ingénieur d’affaires est autant de commercialiser que d’anticiper les évolutions de ces technologies et des besoins client, pour en tirer parti dans ses stratégies commerciales. Tout un art.

    Rester à l’écoute de ses clients, et en veille sur les évolutions du secteur

    Dans des environnements mouvants, où l’arrivée de nouvelles solutions et acteurs est quotidienne, l’efficacité commerciale provient surtout de la capacité de comprendre les évolutions (technologiques, sociétales, économiques, réglementaires…) qui s’opèrent sur la marché. Et d’en tirer des enseignements précieux, ainsi que des idées d’amélioration de sa stratégie, par exemple :

    • Identifier des opportunités de développement sur de nouveaux marchés
    • Déceler des points forts de sa solution ou de son service, à mettre en avant
    • Repérer au contraire les points de faiblesse de son offre, à travailler en lien avec les experts métier de son entreprise
    • Déterminer de nouveaux modes de commercialisation ou de présentation de l’offre
    • Découvrir l’émergence de nouvelles attentes client, pour mieux y répondre à l’avenir.
    De par sa formation technique et scientifique, l’ingénieur d’affaires dispose des atouts pour comprendre le produit ou le service, souvent complexes, qu’il est chargé de commercialiser. Dans les Sociétés de services en ingénierie (SSII), dans l’industrie numérique ou technologique, ou dans des entreprises plus traditionnelles, ce professionnel complet doit savoir entrer dans la complexité de ce qu’il vend.

    Pour mieux faire valoir les avantages de son offre par rapport à celle des concurrents éventuels, il doit savoir les résumer simplement, et à des interlocuteurs de niveaux différents, avec pédagogie.
    En plus de ses compétences techniques et commerciales, et de ses qualités relationnelles, l’ingénieur d’affaires doit souvent faire des incursions plus ou moins poussées dans d’autres domaines liés, en fonction de son poste et de ses missions : marketing, communication, contrôle qualité, gestion de projet…

    Car les opportunités commerciales sont désormais générées via des canaux multiples (site web, réseaux sociaux, campagnes de publicité, retours client, appels entrants…), il doit se mettre en lien avec les équipes qui animent ces différents canaux pour bénéficier de la bonne information au bon moment. Et lui aussi, mettre sa pierre à l'édifice pour améliorer de manière continue la stratégie commerciale de l’entreprise.
    Si les attentes et besoins client sont bien compris, le développement commercial en lui-même n’est “presque plus” qu’une affaire de méthode et de bon sens commercial.

    Entretenir son carnet d’adresse et ses contacts client, participer à des événements, être réactif dans le traitement des leads, identifier les leviers de décision de ses interlocuteurs et développer un argumentaire solide pour y répondre… : le sens des affaires, c’est aussi de la rigueur. Même si les qualités relationnelles et un peu de sens de l’humour ne font pas de mal non plus.

    Les métiers de l’ingénierie d’affaires

    Un double profil business / technologie rassure et attire de nombreux employeurs. Après une formation en ingénierie d’affaires, couplée ou non à un 3e cycle en école de commerce, ou toute autre formation spécialisée en management, marketing, vente ou gestion, un diplômé issu d’une formation “ingénieur d’affaires” peut exercer ses missions dans de nombreux secteurs différents. Et les opportunités sont légion pour ces professionnels dotés d’une solide culture scientifique et technique, et du sens de la relation client.

    • Ingénieur commercial

      En général sous la responsabilité d’un directeur commercial, l’ingénieur commercial est en charge de la prospection, de l’identification des besoins client et de la réponse à ces derniers. Pour adapter ses offres et affûter sa stratégie, il doit rester à l’écoute du marché, et des attentes de ses clients.

      Il agit en général sur un secteur géographique défini, notamment quand l’entreprise est présente sur un vaste territoire. Il doit parfaitement connaître le produit ou le service qu’il est chargé de commercialiser, et doit bien évidemment avoir un sens aigu de la relation client, et de la négociation commerciale.

    • Ingénieur avant-vente

      Le rôle de l’ingénieur avant-vente est d’apporter un soutien technique à l’ingénieur commercial. A ce titre, il participe à l’élaboration des propositions commerciales, ainsi qu’aux négociations qui en découlent.

      Son rôle est d’assurer une veille technologique et commerciale sur les évolutions et les nouveautés du secteurs, d’évaluer les avantages et défauts des solutions concurrentes pour muscler les argumentaires commerciaux des produits ou services qu’il commercialise.

    • Responsable produits

      Le responsable produits est plus spécifiquement en charge du développement commercial d’un produit ou d’une gamme de produits donné, sur un marché donné. A ce titre, il se charge de l’analyse technologique et économique du marché en question pour en cerner les attentes. En lien avec les équipes de recherche et développement de son entreprise, il commande ou réalise lui-même des études de faisabilité technique et accompagne la conception des prototypes.

      Une fois atteinte la phase d’industrialisation, le responsable produit participe également à la stratégie de commercialisation, de distribution et de communication autour du produit. Quand il est issu d’une formation ingénieur, le responsable produits réalise ces missions pour des produits en général complexes, contenant des composants ou des matériaux techniques (textile, informatique, industrie, développement durable…).

    • Directeur marketing

      La fonction de directeur marketing est un poste de haute responsabilité dans une entreprise à vocation commerciale. Le directeur marketing doit comprendre le marché sur lequel il opère, les attentes de ses clients actuels et potentiels, et ses évolutions successives. En veille constante, il commande des études pour affiner sa compréhension du secteur, et établit ensuite une stratégie de vente d’un produit ou service, en accord avec la stratégie de l’entreprise et ses instances dirigeantes.

      Il manage des équipes plus ou moins importantes en fonction de la taille de l’entreprise (chefs de produit, assistants marketing…), et assume d’importantes responsabilités, en termes d’objectifs de vente à atteindre, de fidélisation des clients, d’augmentation du panier moyen… En règle générale, il a exercé des fonctions en marketing ou en commerce avant d’atteindre ce poste.

    • Business developer

      Le métier de business developer est principalement présent dans le monde des start-up et de la haute technologie, mais on le trouve aussi dans des entreprises plus traditionnelles. A la croisée du commerce, du marketing et de la communication, sa mission consiste à trouver et à activer de nouveaux leviers de croissance pour son entreprise. Créativité, capacité de négociation et esprit de conquête sont quelques-unes des qualités requises pour faire un bon business developer.

    L’ingénierie d’affaires vous intéresse ?

    Envie de devenir un spécialiste de l’ingénierie d’affaires ? Découvrez comment intégrer notre cycle ingénieur.

    Découvrez nos autres domaines de professionnalisation

    En 4e et 5e années, l’ISEN Lille offre à ses étudiants le choix entre 10 domaines de professionnalisation. Pour les découvrir, c’est par ici :

    Des questions ?
    Communication promotion
    Service
    Tél. : +33 (0)3 20 30 40 50