La formation
intelligence artificielle

de l’ISEN Lille

Technologie encore jeune, l’intelligence artificielle, surtout quand elle se mêle à la réalité augmentée, pourrait bientôt bouleverser de nombreux pans de notre économie, et de notre vie. Peut-être même plus qu'Internet et le smartphone réunis. Vous étiez à la recherche d’un domaine d’avenir, et d’une formation pour développer vos compétences clés et votre sens de l’innovation ? Ne cherchez plus. Rejoignez la tribu !

Intelligence artificielle et réalité augmentée : de quoi parle-t-on ?

Avant de parler de notre domaine de professionnalisation intelligence artificielle et réalité augmentée, quelques points de clarification s’imposent pour bien circonscrire le sujet, et définir quelques notions et domaines qui y sont étroitement liées.

Intelligence artificielle

Considérée plus comme un ensemble de concepts et de technologies que comme une discipline véritablement autonome, l’intelligence artificielle est d’ordinaire définie comme “l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence”, et en particulier des systèmes informatiques, nourris par une assimilation massive de données (big data).

Difficiles à définir, et sources de nombreux fantasmes positifs comme négatifs, on trouve des intelligence artificielles à différents niveaux de sophistication, dans quasiment tous les domaines, de la finance aux transports, en passant par le renseignement ou encore la médecine.

Réalité augmentée

Une solution de réalité augmentée permet d’enrichir une vision physique par d’autres éléments ajoutés grâce à des outils numériques. L’idée est de modifier la perception du réel, d’y intégrer des contenus et mêmes des sensations (visuelles, olfactives, auditives…) pour offrir à l’utilisateur une expérience la plus immersive et complète possible.

D’abord uniquement considérée dans son aspect ludique, la réalité augmentée fait aujourd’hui son entrée dans de nombreux domaines plus sérieux comme l’ameublement, le tourisme, la médecine, le marketing, l’architecture, l’éducation ou encore l’archéologie. Parmi les synonymes de réalité augmentée, on parle aussi de “réalité mixte” ou de “réalité assistée par ordinateur”. En voici quelques exemples d’applications connues :
  • Pokemon Go, qu’il n’y a a priori pas besoin de décrire, tant la popularité de ce jeu a été massive ;
  • Skyview, qui permet en dirigeant son téléphone vers le sol ou vers le ciel, de savoir où se trouvent précisément les étoiles, les satellites, les planètes et les constellations ;
  • Snapchat, qui utilise une version animée du visage de l’utilisateur pour y appliquer une image virtuelle.
  • 0  %
    des entreprises ayant déployé des technologies AR ou VR constatent des benéfices opérationnels supérieurs à 10 %
    0
    milliards de $, une estimation de ce que représente, en 2020, le marché de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée
    0
    secteurs dans lesquels la réalité augmentée sera particulièrement mise en oeuvre à court terme : industriel, commerce de détail, transports, médias et services publics.
    0
    applications de réalité augmentée disponibles sur l’App Store

    Quelques notions liées à l’intelligence artificielle et à la réalité augmentée

    L’apprentissage automatique, plus couramment appelé “machine learning”, est l’une des trois composantes de l’intelligence artificielle, avec la capacité de raisonnement, d’une part, et d’autocorrection, d’autre part.

    Le deep learning, ou apprentissage profond, englobe quant à lui des techniques poussées d’apprentissage automatique, et autres algorithmes sophistiqués, qui forment des architectures particulièrement complexes d’apprentissage pour ces machines capables de raisonner.
    Là où la réalité augmentée modifie la perception de l’environnement physique, en y ajoutant des composantes générées numériquement, la réalité virtuelle remplace tout simplement l’environnement physique par une environnement simulé. En voici quelques exemples connus d’applications :

  • Second life, un monde virtuel dans lequel les utilisateurs créent leur avatar et se socialisent avec ceux des autres utilisateurs
  • Google street view, qui permet, sans sortir de chez soi, de voyager virtuellement
  • Daydream (Google, encore), qui propose des applications et des matériels de réalité virtuelle
  • Le Big data, littéralement “données massives”, désigne des ensembles de données qui deviennent tellement volumineux qu’on ne peut plus les traiter ou les valoriser avec des outils classiques de gestion de base de données ou de gestion de l’information.

    L’intelligence artificielle, notamment pour les exemples les plus développés, se nourrit bien évidemment de ces données massives, pour permettre des raisonnements artificiels de plus en plus complexes et précis.

    L’intelligence artificielle à la rencontre la réalité augmentée

    Pour beaucoup, l’avenir de la réalité augmentée réside dans sa convergence avec l’intelligence artificielle. La promesse est ici toujours d’offrir une expérience augmentée, mais également de faire en sorte que cette expérience soit intelligente, plus pertinente et au passage, plus personnalisée.

    L’intelligence artificielle permet de de maximiser la puissance de la réalité augmentée. À quel point ? Seul l’avenir le dira.

    Des secteurs qui bougent grâce à la réalité augmentée

    Beaucoup de domaines sont impactés par l’essor de la réalité augmentée. Et ce n’est pas près de s’arrêter. Voilà quelques secteurs prometteurs en la matière,bien que cette liste soit loin d’être exhaustive.
    Dans l’industrie, la réalité augmentée est désormais reconnue comme l’une des applications les plus prometteuses du domaine. Dans de nombreux projets, la réalité augmentée industrielle permet d’accélérer et de rendre plus intelligente la formation des opérateurs, en leur permettant de développer leurs compétences en situation réelle. Le risque d’erreur est lui aussi limité par l’affichage en temps réel des instructions de travail.

    En matière de maintenance également, la réalité augmentée, nourrie d’intelligence artificielle, permet de visionner les données propres à chaque machine ou système. Les techniciens peuvent ainsi prévoir plus aisément, et au bon moment, les opérations à planifier. L’une des autres forces de la réalité augmentée dans l’industrie 4.0 : limiter les erreurs de manipulation. De la formation à la production, en passant par la planification et la maintenance industrielle, la réalité augmentée permet tout simplement à nos usines, et à ceux qui y travaillent de gagner (beaucoup) de temps, d’argent et de confort.
    Les jeux vidéo ont été l’un des tout premiers domaines d’expérimentation de la réalité augmentée. Mais de nombreux autres secteurs des médias et du divertissement ont déjà commencé à se pencher sur le sujet :

  • Les médias traditionnels qui ont tout intérêt à s’intéresser à la réalité augmentée pour attirer des publics plus jeunes, et personnaliser l’expérience pour fidéliser leurs lecteurs ;
  • Le sport, avec de nombreuses applications de réalité augmentée qui permettent par exemple d’afficher dans le champ de vision, via des lunette par exemple, des indicateurs de performance (kilomètres parcourus, temps, vitesse…) ;
  • La culture, avec une réalité augmentée de plus en plus employée dans les musées notamment, pour donner des informations sur les œuvres ou enrichir la visite de données personnalisées.
  • La réalité augmentée n’est pas en reste dans le domaine du marketing et du commerce, notamment numériques. Cette technologie, d’autant plus lorsqu’elle permettra une personnalisation accrue de l’expérience utilisateur, grâce à la data, à l’intelligence artificielle, et au machine learning, deviendra l’un des outils les plus puissants en matière de promotion des produits et d’aide à la décision d’achat.

    Catalogue de jouets animés, jeux-concours qui apparaissent quand l’application reconnaît certains objets (cannettes de soda, boîtes de céréales…), visualisation 3D d’un projet d’ameublement intérieur avant achat... : nombre de ces pratiques sont déjà présentes sous forme embryonnaire chez les commerçants. Et ne demandent qu’à être augmentées, elles aussi, de nombreuses autres applications à l’avenir.

    Les métiers de l'intelligence artificielle

    Les bouleversements technologiques que sont l’intelligence artificielle et la réalité augmentée ont été à l’origine de la création de nouveaux métiers, pour lesquels il n’existe que très peu de formations et d’études spécialisées. Pour tout ingénieur intéressé par ce secteur, la bonne idée est donc de muscler certaines compétences clés qui lui permettront de rester affûté tout au long de sa carrière : informatique, gestion en mode projet, data science, analyse statistique…
    Alors, après un cycle ingénieur spécialisé en intelligence artificielle et réalité augmentée, vers quels métiers se diriger ?
    • Ingénieur en réalité virtuelle

      Outre une solide connaissance de l’informatique et de ses langages, l’ingénieur en réalité virtuelle doit également être rompu à l’analyse et à la gestion des interfaces homme-machine.

      Chargé de mettre au point des solutions techniques d’immersion virtuelle, il est appelé à travailler dans des secteurs très divers en fonction de ses intérêts et de ses envies, et doit avoir un fort attrait pour l’innovation.

    • Designer d’environnements immersifs

      Espaces de réunions, boutiques, terrains de sport… Le designer d’environnements immersifs part d’une page blanche ou d’environnements physiques existants pour les inventer de toutes pièces, ou pour proposer des enrichissements de ces mêmes environnements grâce aux données à y insérer. Les qualités requises ici : créativité et sens de l’expérience utilisateur.

    • BIM manager

      Nouvelle spécialisation en vogue du BTP, le Building Information Modeling (BIM), ou modélisation des informations (ou données) du bâtiment, regroupe des méthodes de travail et une maquette numérique 3D qui contient des données intelligentes et structurées.

      Utilisé tout au long de la conception et de la construction d’un bâtiment, le BIM permet de définir qui fait quoi, comment et à quel comment. Pour une meilleure collaboration entre les différents intervenants au chantier, et une amélioration de la détection des éventuels problèmes qui peuvent se poser au moment de la construction et / ou de la mise en service du bâtiment.

    Intéressé par l'intelligence artificielle, rejoignez-nous !

    Découvrez nos autres domaines de professionnalisation

    En 4e et 5e années, l’ISEN Lille offre à ses étudiants le choix entre 10 domaines de professionnalisation. Pour les découvrir, c’est par ici :

    Des questions ?
    Communication promotion
    Service
    Tél. : +33 (0)3 20 30 40 50
    Commission des titres d'ingénieur ISEN Lille