La formation
objets connectés
de l'ISEN Lille

Le secteur de l’Internet des objets (Internet of things - IoT) vous attire ? Parmi nos 10 domaines de professionnalisation proposés en 4e et 5e années, nous offrons une formation complète spécialisée en objets connectés. Quels secteurs ? Quels métiers ? On vous dit tout sur notre formation objets connectés.

Un objet connecté, c’est quoi ?

Dans les systèmes et les technologies Web, les objets connectés (smartphones, voitures, frigos, montres et bien d’autres), prennent une place de plus en plus importante, et font désormais largement partie de notre quotidien.

Mélange d’électronique, d’informatique, de Big Data, de réseaux de télécommunications, de développement logiciel, d’architecture, l’internet des objets est à la croisée de nombreuses disciplines.

L’IoT, un secteur aux nombreuses applications

Difficile de réduire l’internet des objets à une spécialisation donnée, tant ce domaine est vaste, et suppose la réalisation de missions très différentes :

  • Assurer le développement de nouveaux systèmes et logiciels
  • Optimiser l’interopérabilité des données
  • Faciliter les échanges d’informations
  • Assurer la sécurité des réseaux informatiques et des données personnelles
  • Concevoir des technologies embarquées
  • Mettre au point de nouveaux usages et solutions liés à l’IOT
0  %
de tous les objets acquis en 2020 sont connectés.
0
millions de voitures connectées en 2020.
0
millions d’ampoules intelligentes dans le monde en 2020.
0
milliards d’objets connectés dans le monde à l’horizon 2025

L’internet des objets, un secteur en plein essor

Choisir une formation en objets connectés, c’est opter pour un secteur littéralement en explosion, d’un point de vue économique. Et cela s’explique par l’évolution du nombre d’objets connectés en circulation dans le monde. En 2018, on estimait ce nombre à 7 milliards d’appareils, contre 5,9 milliards en 2017.

Une croissance qui devrait se poursuivre pour atteindre les 21,5 milliards en 2025, ces chiffres excluant les téléphones fixes, smartphones, tablettes et PC. Le potentiel économique mondial ? Selon les estimations des spécialistes du secteur, l’internet des objets connectés représente un marché potentiel de 1 567 milliards de dollars à l’horizon 2025.

Objets connectés et sécurité

Tout n’est pas rose dans le monde des objets connectés. En interconnectant des appareils, et en leur permettant de s’échanger des informations, et de prendre des décisions automatisées, certains enjeux sécuritaires sont à prendre en compte.

Dans notre formation en objets connectés, on étudie les usages liés à ces nouveaux objets, et aux enjeux en matière de sécurité des données - personnelles notamment - qu’ils impliquent. Pour faire de vous des citoyens éclairés sur la question, conscient des enjeux de l’IoT, et pas juste de très bons techniciens.

Une formation objets connectés, pour travailler dans quel domaine ?

Comme leur nom l’indique, les objets connectés sont des objets capables de communiquer entre eux via un protocole de communication donné (Bluetooth, Wi-Fi, Zigbee, Z-Wave, 6LoWPAN, Thread, GSM/3G/4G, NFC…). On connaît les populaires télévisions et montres intelligentes, mais bien d’autres domaines d’application existent pour les objets connectés. Impossible de les lister tous ici, en voici donc quelques-uns des plus connus :

La maison connectée est sûrement le secteur le plus connu de l’internet des objets. Automatiser la fermeture des volets pour gérer la luminosité et faire des économies d’énergie, commander la lumière à distance ou via un assistant vocal, gérer la sécurité de son habitation… On ne compte plus les applications possibles, et les solutions issues de l’IOT présentes dans la maison.
Dans le domaine de la santé, les objets connectés auront à l’avenir de plus en plus leur place, dans le but d’assurer l’efficacité des soins médicaux, de réduire leur coût pour le patient et de faire face aux évolutions sociétales (vieillissement de la population, déserts médicaux…). Solutions de soins à distance, maintenance en direct des équipements de santé, opérations chirurgicale et contrôle à distance : voilà en partie la solution pour une santé plus efficace, au service de la population.
Gestion de l’humidité de la terre, vérification de l’état des plantations grâce aux drones, analyses de la fertilité des sols et de la météorologie par des capteurs, géo-localisation des troupeaux... : nombre d’agriculteurs et d’industries agro-alimentaires ont déjà passé le cap de l’agriculture connectée, et mis la technologie au service d’un grand défi du 21e siècle : être capable de nourrir la population mondiale, tant d’un point de vue qualitatif que quantitatif, et dans le respect de l’environnement.
Les objets connectés trouvent une autre application dans le domaine de l’énergie, à une heure où chaque KwH compte, et où les contraintes environnementales se font de plus en plus drastiques sur ce secteur fortement polluant. En interconnectant les matériels de stockage, les réseaux de distribution, les données liées à la consommation, les solutions et les outils de l’IoT permettent ici de produire, de stocker, et de redistribuer l’énergie de manière plus intelligente, et plus propre.
À l’ère de l’usine 3.0, on ne compte plus les technologies et process industriels dans lesquels les objets connectés trouvent une place grandissante. Pour renforcer la productivité des sites industriels, limiter les troubles musculo-squelettiques des travailleurs, optimiser le dialogue entre deux process industriels, assurer la sécurité et la maintenance des installations ou d’un système de production automatisé... Envie de construire des solutions pour l’industrie de demain ?
Entre les frigos, les listes de courses, les caddies et autres outils connectés, nos comportements de consommateurs et les lieux de distribution sont eux aussi touchés par le développement des objets connectés. La promesse ? Faire ses courses plus rapidement et plus intelligemment, assurer la traçabilité et la sécurité des produits, se voir offrir un parcours client ultra-personnalisé, des solutions sur-mesure…. : autant de leviers de fidélisation client pour les distributeurs.
La smart city, cette ville intelligente où il fait bon vivre, se nourrit de technologies, de Big Data, de réseaux électroniques et évidemment, de l’internet des objets connectés. Si vous voulez inventer la ville de demain, et mettre en oeuvre les projets et solutions qui lui donneront naissance, vous aurez certainement besoin d’une formation en objets connectés.

Quel métier après une formation en Objets Connectés ?

En agence, en bureau d’études, dans les DSI de l’industrie spécialisée, ou chez les géants de l’IOT (Intel, Google, Microsoft, Cisco…), les ingénieurs formés à la conception et à la gestion des objets connectés ont le choix quant au type de secteur où ils peuvent exercer leur métier. Voilà quelques exemples de métiers dans lesquels les objets connectés sont au centre des préoccupations :
  • Domoticien

    La domotique, c’est l’ensemble des installations et technologies, et systèmes utilisées dans les équipements de bâtiments. Le domoticien, qui est avant tout un technicien, est ici chargé de concevoir, de mettre en place et d’assurer la sécurité des équipements automatiques et électroniques des bâtiments, en faisant bien évidemment appel à l’IOT.

  • Architecte systèmes embarqués

    Le rôle de l’architecte systèmes embarqués est de concevoir et de réaliser des systèmes électroniques et informatiques complexes et autonomes, spécialisés dans la réalisation de tâches bien précises, et répondant à de contraintes nombreuses, de par leur nature embarquée : autonomie, taille, et puissance de calcul limitées, enjeux de sécurité… . Un métier hautement technique, mais faisant également appel à des compétences en gestion de projet.

  • Développeur IOT(Concepteur de logiciels d’objets connectés)

    Le développeur IOT est un ingénieur chargé de choisir et de mettre en oeuvre des technologies logicielles qui, avec les composants hardware, vont constituer une plate-forme IOT. Les compétences nécessaires : développement informatique et logiciel, mais également électronique, réseaux, data, gestion de projet…

  • Développeur de nouvelles technologies

    Dans un domaine en constante évolution comme l’IOT, il y a évidemment de la place pour les innovateurs. À l’ISEN Lille, nous vous apprenons aussi à structurer vos idées et à mettre en oeuvre l’innovation dans vos projets, que vous ambitionnez de lancer votre entreprise ou d’en intégrer une existante.

  • Chef de projet innovation

    Le domaine de l’IOT étant à la croisée de nombreux domaines d’expertise (développement logiciel, ingénierie électronique, interconnexion des données, maintenance et disponibilité des réseaux, sécurité, contraintes liées aux technologies embarquées), l’animation et l’articulation de ces différentes interventions est une compétence en soi, hautement valorisée sur le marché du travail.

  • Ingénieur de sécurité

    La sécurité des données et du partage des informations étant au centre des enjeux de l’IOT, certains ingénieurs se spécialisent dans la gestion des risques de piratage des défaillances pouvant toucher les appareils, mais aussi les réseaux, les infrastructures, les systèmes électroniques et informatiques…

  • Consultant en IOT

    En agence, en bureau d’étude ou dans une grande entreprise, le conseiller en IOT est chargé de définir de nouveaux services liés à l’internet des objets, et de développer la stratégie IOT d’une organisation.

    Identifier les besoins, les hiérarchiser, suivre la mise en oeuvre d’un projet, donner des conseils stratégiques : le consultant en IOT est un fin technicien doté également de compétences en gestion de projet et en stratégie d’entreprise.

L'IoT vous intéresse,
rejoignez-nous !

Découvrez nos autres domaines de professionnalisation

En 4e et 5e années, l’ISEN Lille offre à ses étudiants le choix entre 10 domaines de professionnalisation. Pour les découvrir, c’est par ici :

Des questions ?
Communication promotion
Service
Tél. : +33 (0)3 20 30 40 50
Commission des titres d'ingénieur ISEN Lille